— j’ai bien réfléchi et je ne veux plus continuer comme ça, j’ai essayé tu sais de faire des efforts, de montrer à quel point je t’aimais, de montrer que tu comptais, j’ai essayer tu sais de te dire à quel point je ne pouvais pas vivre sans toi, à quel point ma vie sans toi serait un vrai casse tête, je m’ennuierais, je mourrais sans toi, mais toi, tout ce que tu as fais c’est de te foutre de moi tout ce temps, et j’en ai assez de faire semblant, j’ai tellement essayer, j’ai trop essayer et je n’en peux plus.

— Arrête un peu tes conneries, je t’aime aussi, ne part pas, s’il te plait, je ferais des efforts, je te promet, je peux pas te laisser partir, je t’aime. J’ai été con mais écoute je changerais je te promet.

— tu m’as menti, encore.

— Je voulais te le dire mais j’avais peur que tu m’en veuilles et puis…

— bien sûr que je t’en veux, je peux plus te pardonner encore, parce que je sais que tu ne m’aimes pas, tu ne me l’as jamais montré jamais prouver.

— je suis désolé, pardonne moi, s’il te plait, ne me laisses pas, pas encore, je vais réparer mes erreurs, je te jure. Laisse moi une dernière chance.

— Non, c’est fini. Toi et tes mensonges. J’ai essayer tu sais, mais je sais qui tu aimes vraiment, tu as peur de me le dire en face, mais tu l’aimes lui, pas moi, j’étais juste la copine de sauvetage qui camouflais qui tu es vraiment.

— Non je t’aime, je te jure je vais réparé ce que j’ai brisé entre nous.

— Impossible, parce qu’on est déjà brisé, et c’est ta faute, tout ça.