Le monde a besoin des enfants pour lui rappeler qu'il y reste de la vie encore, qu'il faut de la vie encore.
On a besoin de leurs rires pour renaître l'espoir, pour réparer nos sourires déchiquetés. A chaque fois je les vois, petits anges innocents j'ai l'envie de revenir à ce bon temps où mon plus grand soucis était de rater mon dessin animé préféré, à ce bon temps où je ne connaissait pas l'amour et la trahison, à ce bon temps où tout semblait tourner autour de ma maison et ma famille, à ce bon temps où j'aimais découvrir le monde et ses quatre coins où j'aimais se balader en écoutant les chants d'oiseaux où tout était si merveilleux et si resplendissant mais maintenant je sais que la terre est ronde et que le monde est pourrie, que les gens sont hypocrites et que mon sourire s'est perdu à jamais.
Je ne sais plus quoi faire, où aller, quand j'étais enfant c'était ma mère qui me tenait la main et c'était mon père qui me guidait, maintenant je suis pauvre fille qui a grandi on la conseille de tenir la main de la raison et de suivre son cœur, putain, pourquoi fallait - il que je grandisse si tôt ?
Pourtant je suis encore une enfant, j'ai besoin d'amour et de tendresse, je pleure aussi quand quelqu'un me blesse, je pleure aussi quand les gens volent ce qui m'est cher, je pleure aussi quand personne me comprend, je pleure aussi quand je suis jalouse, quand je n'arrive pas à exprimer. Alors je n'ai pas grandi, je suis toujours petite fille brisée, cassable et rejetée, je suis toujours faible devant ce monde.
J'aimerai revenir dix ans d'arrière, oublier cet enfer où je me débats éperdument et avoir à nouveau l'envie de vivre, de danser, de chanter, j'ai tellement mal que j'ai perdu ma voix et ma douceur, j'ai tellement mal que personne arrive à me consoler, j'ai tellement mal que le bonheur me semble irréel, en faite, il l'est, putain de cauchemar.
Je me sens si seule, seule , entourée par des gens qui ne savent toucher mon coeur qu'avec la douleur, entourée par les mensonges et les tracas.
Je voulais leurs dire, aux enfants, qu'ils sont la plus belle chose dans cet univers et qu'il faut pas qu'il abandonnent, il ne faut pas qu'ils pleurent, je voulais leurs avertir , de ne pas se tromper, de ne pas grandir, de ne pas vouloir découvrir que leurs enfance et de la vivre nonchalamment jusqu'au bout, je voulais leurs dire de ne pas pleurer, d'y profiter, de rester enfant, mais j'ai perdu ma voix, je ne peux plus parler.