PS. Mon avis sur la Norvège et Breivik est que quelque chose de réellement très important nous a forcément échappé en analysant son parcours.
Il a l'air normal. Physiquement et dans sa vie. Un petit voyou comme tout le monde assez banal, assez d'extreme-droite comme choix avant l'heure.

PS. Je n'oublie pas qu'il y a le fait qu'il se croit un héritier du trône de Norvège. Il le sait, il en est persuadé. A-t-on pavlovisé les grandes familles à disjoncter s'ils ne sont pas reconnus officiellement dans les statuts internationaux ?

PS. Je suppose que la plupart des psychiatres qui l'ont expertisé ont répété sans arret son addiction aux jeux video. Est-ce cela qui pousse quand même à une tuerie en série ?
Je sais que non. Columbine par exemple est dans le même style.
Peut-on rapprocher de "The Matrix" ou des habits des SS durant la WWII ?

PS. Je suppose que selon certains experts, une tendance de pavlovisation a été décelée pendant son initiation dans la politique. Comme la plupart des jeunes, il a dû vouloir intégrer une secte et il est allé même chez les francs-maçons. Les italiens ont bien compris : pas de francs-maçons dans leur gouvernement politique.

PS. Je suppose qu'un parcours comme le sien est planétaire. Combien de jeunes hommes sont des bombes à retardement sur toute la planète ? Si on regarde, quel mot-clé, quelle date, quelle odeur, quel bruit les fait "disjoncter" ?

PS. En France, on a eu la phrase fameuse et fumeuse "quand on est dans un endroit confiné comme un hlm, avec des voisins [arabes et musulmans], comment voulez vous que l'homme blanc ne craque pas à cause du bruit et de l'odeur ?".

PS. Il semble que les grandes marques ont toutes une odeur spéciale dans leur magasin. L'odeur du pain dans une boulangerie aussi est un signe de pavlovisation. Quoi d'autre ? Eh bien, je pense le bruit : sa fréquence auditive ? Quel bruit ou mot l'a fait réactiver style "espion lève-toi" ?

PS. Si je ne me trompe pas, le 22 juillet est la date de l'entrée dans le signe du lion dans l'horoscope occidental.

PS. Physiquement, il a l'air d'un aryen. Mais le carnage a l'air d'etre un Terminator. Que s'est-il passé dans sa FORMATION physique pour REUSSIR un tel massacre ?

PS D’après Nicolas Lebourg, chercheur à l’université de Perpignan, le cas Anders Behring Breivik relève au moins partiellement de l’imaginaire « loup solitaire », inventé par l’Américain Joseph Tommasi, fondateur, en 1974, du National Socialist Liberation Front. Quelle était donc la horde dont il aurait dû faire partie ? Le loup vit en meute.

PS. Sans être encore plus approximative, le climat a-t-il un effet ? Le NORD, les longues soirées d'hiver et autres ? Je ne sais pas si cela influe sur le spleen des pays nordiques encore plus.

Naissance 13 février 1979 (40 ans), Oslo (Norvège)
Nationalité Norvégien
Idéologie Ultranationalisme
Surnom Andrew Berwick (anglicisation de « Anders Breivik »), Sigurd Jorsalfar, Morg
Attentats Attentats d'Oslo et d'Utøya
Victimes 77 morts
Avocat Geir Lippestad

Fjotolf Hansen, anciennement connu sous le nom Anders Behring Breivik, né le 13 février 1979 à Oslo, est un terroriste norvégien d'extrême droite qui a perpétré et revendiqué les attentats d'Oslo et d'Utøya qui ont fait un total de 77 morts et 151 blessés le 22 juillet 2011.

En 2006, ruiné, enfermé dans sa chambre chez sa mère, il s'adonne alors pendant deux années à des jeux vidéo en ligne, principalement World of Warcraft, passant jusqu'à 16 heures par jour devant son écran, au prix de l'abandon de toute vie sociale. Lorsqu'en 2008 il met un terme à ses activités ludiques, son intérêt se tourne vers des forums d'extrême droite, auxquels il contribue avant de se consacrer à l'écriture de ce qui va devenir son manifeste, puis à la préparation de son coup d'éclat.

À partir d'octobre 2010, Breivik réunit les ingrédients et ustensiles nécessaires à la confection d'une bombe. Il s'inscrit parallèlement à un club de tir, ce qui lui permet d'acquérir légalement des armes à feu. Au printemps 2011, il quitte le domicile maternel. Il fait modifier les statuts de « Breivik Geofarm », une société qu'il a créée quelques années auparavant, pour la transformer en exploitation agricole, et s'installe dans une ferme près de Rena, au nord d'Oslo. Ayant désormais accès à des engrais chimiques, et à l'abri des regards indiscrets, il se lance dans la production d'explosifs.

Le 22 juillet 2011 peu après 15 heures, il gare une camionnette chargée de 950 kg d'explosifs devant un immeuble gouvernemental au cœur d'Oslo causant 8 morts. Lorsque la bombe explose à 15 h 25, il est en route pour Utøya, où se déroule un rassemblement de jeunes du Parti travailliste norvégien. Revêtu d’un uniforme de policier et armé d'un pistolet, d'un fusil et de quelque 3 000 cartouches, il sème la terreur et la mort sur la petite île pendant un peu plus d'une heure. Le bilan total est de 77 morts, 8 à Oslo et 69 à Utøya, auxquels s'ajoutent de très nombreux blessés. Une tuerie de masse dans un caps de jla ligue des jeunes du parti travailliste de Norvège. Il y assassine principalement des adolescent.

Breivik est appréhendé à Utøya en fin d'après-midi le jour même des attentats. Il n'oppose pas de résistance aux policiers d'élite de la force Delta arrivés sur les lieux

L'idéologie de Breivik est décrite dans un document texte distribué électroniquement par lui-même le jour des attaques. Dans celui-ci, il développe son soutien au « conservatisme culturel », à l'ultranationalisme, au populisme de droite, à l'islamophobie, au sionisme, à l'antiféminisme et au nationalisme blanc. Il considère l'islam, le marxisme culturel et la plupart des partis politiques européens comme des ennemis des Lumières et exige l'annihilation, y compris si besoin par des moyens violents, de « l'Eurabia » et du multiculturalisme, ainsi que l'expulsion hors d'Europe de toutes les personnes revendiquant les principes du Coran avant l'année 2083 pour préserver l'acquis des sociétés occidentales, qu'il assimile à la chrétienté. Breivik a écrit que le motif principal de ses attentats était de faire de la publicité pour son manifeste

Lors d'une première expertise, Breivik est diagnostiqué schizophrène par deux psychiatres mandatés par la justice norvégienne. D'après leur rapport, il a agi de manière pulsionnelle, sous l'emprise de pensées délirantes, se présentant notamment comme le futur régent de la Norvège, appelé à prendre le pouvoir avec l'aide d'une organisation templière. D'autres psychiatres ont contesté cette analyse et sous la pression de l'opinion publique, une contre-expertise a été demandée en janvier 2012. Cette seconde expertise contredit les conclusions de la première en affirmant que Breivik, n'étant pas dans un état délirant au moment des faits, est pénalement responsable.

À l'issue d'un procès où il multiplie les provocations, il est jugé responsable de ses actes et condamné à la peine indéterminée, soit 21 ans de prison prolongeables, la peine maximale en Norvège, le 24 août 2012.

Comme activité politique, dès ses 18 ans, Breivik adhère au Parti du progrès, formation norvégienne sociétalement national-conservatrice, économiquement libérale, développant une rhétorique essentiellement axée sur la nécessité d’un drastique contrôle des flux migratoires qui, d'après elle, mettraient en péril l’identité et l’ordre social du pays.

Lorsqu'est créée la section « Oslo Ouest » des jeunes progressistes, il en devient vice-président. Très actif sur le forum du parti, il ambitionne d'être inclus sur la liste des candidats pour les élections communales de septembre 2003, mais cet espoir est déçu. Amer, il prend ses distances avec le parti, qu'il quitte en 2007. Il en critique alors les fondements politiques ; il les juge trop libéraux à l’égard des immigrants issus des pays musulmans, compare ce type de stratégie à celle prévalant déjà chez d’autres partis influents et leur reproche de s’afficher comme trop « politiquement correct».

Attiré par le pouvoir sous toutes ses formes, Breivik se porte candidat à la franc-maçonnerie auprès d'un cousin de sa mère en décembre 2005. Mais il a déjà plongé dans l'univers des jeux vidéo en ligne lorsqu'a lieu son initiation en février 2007. C'est seulement avec réticence, et à l'instigation pressante de son parrain, qu'il se joint à quelques réunions dans les années qui suivent

Procès

Bien que revendiquant son implication et sa responsabilité dans la tuerie, Breivik décide néanmoins de plaider «non coupable». Il est défendu par l'avocat Geir Lippestad, membre et élu du Parti travailliste norvégien.

Le 29 juillet 2011, deux psychiatres norvégiens sont mandatés pour procéder à l'expertise psychiatrique d’Anders Behring Breivik, afin d’évaluer sa faculté de discernement. Le 13 août 2011, lors de la reconstitution de la fusillade de l'île d'Utøya, Breivik ne montre aucun remords. Le 29 novembre 2011, les experts psychiatriques chargés de se prononcer sur la responsabilité pénale d'Anders Breivik estiment qu'il n'était pas en pleine possession de ses moyens au moment de l'attaque, et qu'il est donc irresponsable de ses actes. Le rapport remis par les psychiatres est ensuite entériné par une commission médico-légale.

Le 13 janvier 2012, le tribunal ordonne une nouvelle expertise médico-légale, qui, le 10 avril 2012, le déclare pénalement responsable. Comme l'avis émis lors de la première expertise, cette conclusion n'a de valeur que consultative. Breivik se déclare content des conclusions de la contre-expertise, car être déclaré pénalement irresponsable invaliderait son idéologie.

Le procès s'ouvre le 16 avril 2012. Breivik doit répondre de 77 assassinats et 42 tentatives d'assassinat, la justice norvégienne n'ayant retenu pour ce deuxième chef d'accusation que les blessés les plus graves. L'accusé demande sa relaxe, au motif qu'il aurait agi dans le cadre de la légitime défense

Au premier jour d'audience, Breivik provoque l'assistance avec un geste de défi, bras tendu et poing fermé. Quelques heures plus tard, il fond en larmes, apparemment submergé par l'émotion, après la diffusion de sa vidéo de revendication. Pendant dix semaines, son attitude changeante déroute les observateurs. Le plus souvent impassible, il multiplie provocations et sourires, mais s'agace lorsque les experts le décrivent comme un individu solitaire, marqué par les échecs et les rejets. Il fait profil bas lorsque sont évoquées ses victimes, et évite les regards des parties civiles

Le 24 août 2012, il est reconnu responsable de ses actes et condamné à la peine maximale, soit 21 ans de prison. Pendant dix ans, il ne peut demander de libération conditionnelle. Si, au bout des 21 ans, il est encore considéré comme dangereux, la peine peut être prolongée de 5 ans et cela indéfiniment. Breivik conclut le procès avec une provocation en présentant « ses excuses aux militants nationalistes pour ne pas avoir exécuté davantage de personnes » et ne souhaite pas faire appel, car pour lui, « la justice est corrompue ». Il quitte le procès en refaisant son salut avec un sourire.

Exécution de la peine

Après sa condamnation, les conditions privilégiées de détention négociées initialement par Breivik avec la police, notamment l'accès à un ordinateur et à Internet, sont révoquées par l'administration pénitentiaire. Ses communications avec l'extérieur sont censurées et les contacts qu'il avait noués avec des militants d'extrême droite en Norvège et à l'étranger s'effilochent. Alors qu'il envisageait de diriger, depuis sa cellule, un réseau de militants acquis à sa cause, Breivik se retrouve plus isolé que jamais. Lorsque sa mère décède des complications liées au cancer en mars 2013, il se voit refuser la permission d'assister à l'enterrement

Début 2014, Breivik menace d'une grève de la faim en raison de ses conditions de détention qu'il considère comme de la torture. Dans son courrier, il formule plusieurs exigences, parmi lesquelles obtenir une PlayStation 3 « avec accès à des jeux pour adulte [qu'il] peut [lui]-même choisir » en remplacement de sa PlayStation 2, ainsi qu'un sofa en lieu et place de sa chaise de bureau « douloureuse »

Le 20 avril 2016, la justice norvégienne donne raison à Anders Behring Breivik, dans le procès qu'il a intenté à l'État pour des conditions de détention qu'il juge « inhumaines ». Le tribunal d'Oslo a fait valoir qu'il était maintenu à l'isolement depuis près de cinq ans. La juge l'a en revanche débouté concernant le contrôle de sa correspondance. Le premier verdict, dans lequel le gouvernement norvégien a violé l'article 3 de la convention sur les droits de l'homme a été présenté au procès en appel à partir du 10 janvier 2017. Le 1er mars 2017, la cour d'appel a statué que l'isolement ne violait pas les droits de Breivik. Le 8 juin 2017, la Cour suprême norvégienne, la plus haute instance juridique du pays scandinave, a refusé d'examiner son appel en cassation. Sa condamnation dans son pays étant désormais définitive, son avocat a annoncé aussitôt qu'il allait saisir la Cour européenne des droits de l'homme.

Brenton Tarrant affirme l'avoir consulté et avoir obtenu son approbation avant de commettre les attentats de Christchurch en 2019.

  • Début juin 2017, son avocat confirme à la presse l'information selon laquelle Breivik avait officiellement changé de nom en Fjotolf Hansen, se refusant par ailleurs à en fournir la raison