‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥

https://www.lepoint.fr/culture/les-femmes-dans-la-camorra-ont-parfois-le-pouvoir-08-02-2015-1903339_3.php

Les femmes dans la Camorra ont parfois le pouvoir
Publié le 08/02/2015 à 19:15 | AFP

L'actrice italienne Maria Pia Calzone, 46 ans, a révélé dans la série Gomorra, le visage parfois cruel et sans pitié des femmes de la Camorra, la mafia napolitaine, qui n'hésitent pas quand il le faut à prendre le pouvoir.

"Les femmes de la Camorra ne sont pas soumises ou impuissantes. Elles sont dévouées à leurs hommes, mais dans une forme moderne de féminisme", a-t-elle expliqué dans un entretien avec l'AFP.

L'actrice joue le r√īle d'Imma, la femme d'un chef de clan, personnage qu'elle est parvenue √† rendre odieux aux t√©l√©spectateurs de la s√©rie, diffus√©e en France depuis le mois de janvier sur Canal+.

"C'est ce que je voulais, qu'on la d√©teste. Et pour y parvenir, je me suis bas√©e sur la r√©alit√©", explique Maria Pia Calzone, r√©compens√©e pour ce r√īle par le titre de meilleure actrice au Roma Fiction Fest en novembre, √©quivalent des oscars pour la t√©l√©vision italienne.

Pour entrer dans son personnage, une femme qui, d√©sob√©issant √† son mari arr√™t√© par la police, prendra le contr√īle du clan, quitte √† se montrer cruelle avec son propre fils, l'actrice a rencontr√© des femmes, m√®res ou √©pouses de mafieux.

"J'ai essayé pendant des mois, pour finalement parvenir à ce que des femmes, ex-épouses de mafieux, m'ouvrent leur porte. Ca a été un parcours très difficile et évidemment il m'a fallu vaincre beaucoup de résistances. Ca a été mon apprentissage, je ne pouvais pas comprendre certains aspects de leur mentalité et de leur sensibilité sans avoir parlé avec elles", a-t-elle expliqué à l'AFP.

Sans sa connaissance du dialecte local, les choses auraient s√Ľrement √©t√© plus compliqu√©es, reconna√ģt-elle.

- Touche de féminité-

Maria Pia Calzone apporte aussi une touche de f√©minit√© √† son personnage gr√Ęce √† la direction du metteur en sc√®ne Stefano Sollima, qui lui a "impos√©" les canons de l'esth√©tique mafieuse: talons hauts, pantalons pr√®s du corps, cheveux ramen√©s en arri√®re, tr√®s loin de ce qu'elle est en r√©alit√©.

Bas√©e sur le roman √©ponyme de Roberto Saviano, succ√®s litt√©raire qui a condamn√© son auteur √† une vie sous protection polici√®re pour avoir montr√© la r√©alit√© de la Camorra, la s√©rie Gomorra a elle aussi rencontr√© le succ√®s, y compris √† l'√©tranger o√Ļ elle a √©t√© vendue dans 70 pays dont les Etats-Unis, le Br√©sil, la France ou l'Allemagne.

"Je ne suis ni juge ni avocate, seulement une actrice. Mon point de vue est celui de quelqu'un qui a voulu comprendre sans pour autant justifier certains comportements. Ce que, oui, je comprends, c'est que cette vie est un enfer. Que tu sais, mais que tu fais semblant de ne pas savoir. Que tu comprends que tes êtres les plus chers vont mourir, que la vie est courte et que l'argent ne te sert pas à avoir une vie meilleure. Un enfer", assure l'actrice.

- Guerre sans pitié -

Pour raconter la guerre sans piti√© entre les clans rivaux, les Savastano et les Conte, qui se disputent le contr√īle du nord de Naples, les producteurs ont pu compter sur la collaboration de Roberto Saviano.

"Je ne connais pas Saviano. Quand la série a été diffusée il m'a envoyé une très belle lettre et a fait des déclarations publiques qui m'ont beaucoup émue. Il a dit que j'étais parvenue avec mon personnage à résumer toutes les femmes de la Camorra que lui a racontées, et ça m'a énormément plu. Aujourd'hui on communique par lettres", explique l'actrice italienne, originaire de la région de Naples.

Pas moins de six scénaristes ont travaillé à l'adaptation du roman compliqué de Saviano qui mélange histoires d'assassinat, d'extorsions, pour raconter les agissements de la mafia napolitaine.

"On a mis ce monde à nu, on l'a littéralement déshabillé. On a raconté tous ses aspects de l'intérieur, sans aucun filtre ni volonté d'adoucir les choses", explique encore Maria Pia Calzone, ajoutant que le choix de tourner à Scampia, un haut lieu de la Camorra, a beaucoup compté pour crédibiliser la série.
"Scampia est le symbole de beaucoup de choses. Près de 90% des gens qui y vivent sont des gens honnêtes, qui souffrent de cette situation. Ce serait injuste de généraliser. Une poignée de gens conditionnent la vie des autres", raconte encore l'actrice.

08/02/2015 19:14:12 - Rome (AFP) - Par Kelly VELASQUEZ - √ā¬© 2015 AFP

‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥

https://www.ulyces.co/malaurie-chokouale/les-femmes-ont-elles-pris-le-pouvoir-dans-la-mafia-italienne/

C‚ôÄsa N‚ôÄstra

Si elles ont toujours exerc√© un r√īle dans la mafia italienne, les femmes d'honneur apparaissent de plus en plus au premier plan

par Malaurie Chokoualé Datou | 10 juillet 2019

Le visage l√©g√®¬≠¬≠re¬≠¬≠ment bouffi, les mains menot¬≠¬≠t√©es sur son esto¬≠¬≠mac, Marian¬≠¬≠gela Di Trapani descend les marches, enca¬≠¬≠dr√©e avec fermet√© par deux membres des forces de l‚Äôordre. Son regard vide balaie la horde de jour¬≠¬≠na¬≠¬≠listes qui l‚Äôac¬≠¬≠cueille √† la sortie du poste. Tout Palerme l‚Äôap¬≠¬≠pelle ¬ę La Patronne ¬Ľ, pour une raison bien simple : apr√®s la mort en prison du parrain des parrains Toto Riina, on la soup√ßonne d‚Äôavoir √©t√© char¬≠¬≠g√©e de r√©or¬≠¬≠ga¬≠¬≠ni¬≠¬≠ser les troupes du quar¬≠¬≠tier mafieux de Resuttana. En ce 5 d√©cembre 2017, elle est arr√™¬≠¬≠t√©e lors d‚Äôun coup de filet de grande ampleur baptis√© ¬ę Talea ¬Ľ, auquel ont parti¬≠¬≠cip√© plus de 200 cara¬≠¬≠bi¬≠¬≠niers.

Fille et sŇďur des patrons de la mafia Cicco et Nicol√≤ Di Trapani, Marian¬≠¬≠gela conna√ģt la prison qui l‚Äôat¬≠¬≠tend pour y avoir d√©j√† pass√© sept ans. Elle avait trans¬≠¬≠mis les ordres de son boss de mari, Salvino Mado¬≠¬≠nia, √† ses acolytes alors qu‚Äôil √©tait incar¬≠¬≠c√©r√© pour meurtre. Lib√©r√©e en 2015, elle serait alors pass√©e de messa¬≠¬≠g√®re √† donneuse d‚Äôordres, pour fina¬≠¬≠le¬≠¬≠ment retom¬≠¬≠ber dans les rets de la justice.

Selon une √©tude r√©cente du centre de recherche italien TransC¬≠¬≠rime, de plus en plus de femmes occupent une place de premier plan dans la mafia italienne. ¬ę Dans de nombreuses familles de la Cosa Nostra et de la ‚ÄėNdran¬≠¬≠gheta, les femmes sont pass√©es au rang de personnages prin¬≠¬≠ci¬≠¬≠paux, tr√®s actives dans la gestion de leurs affaires familiales ¬Ľ, confirme Ales¬≠¬≠san¬≠¬≠dra Dino, profes¬≠¬≠seure de socio¬≠¬≠lo¬≠¬≠gie judi¬≠¬≠ciaire √† l‚Äôuni¬≠¬≠ver¬≠¬≠sit√© de Palerme. Long¬≠¬≠temps char¬≠¬≠g√©es par leurs maris de l‚Äô√©du¬≠¬≠ca¬≠¬≠tion des enfants, les mafieuses tiennent-elles d√©sormais les r√™nes des finances‚ÄĮ?

1. Cheffes d’en­­tre­­prises

Des mois durant, une √©quipe inter¬≠¬≠¬≠na¬≠¬≠tio¬≠¬≠nale de huit chercheurs¬∑euses a mod√©¬≠¬≠lis√© le ¬ę risque d‚Äôin¬≠¬≠fil¬≠¬≠tra¬≠¬≠tion de crimes graves et orga¬≠¬≠ni¬≠¬≠s√©s dans des entre¬≠¬≠prises l√©gi¬≠¬≠times sur l‚Äôen¬≠¬≠semble des terri¬≠¬≠toires et des secteurs euro¬≠¬≠p√©ens ¬Ľ. Fin d√©cembre 2018, l‚Äô√©tude de TransC¬≠¬≠rime a conclu que si 2,5 % des personnes condamn√©es pour des crimes li√©s √† la mafia en Italie sont des femmes, celles-ci poss√®dent pour¬≠¬≠tant un tiers des avoirs des organisa¬≠¬≠tions.

En exami¬≠¬≠nant les entre¬≠¬≠prises de la p√®gre italienne, les cher¬≠¬≠cheurs¬∑euses ont en outre pu √©tablir que ¬ę dans les secteurs de la construc¬≠¬≠tion et des trans¬≠¬≠ports en parti¬≠¬≠cu¬≠¬≠lier, il y a quatre fois plus de femmes action¬≠¬≠naires que dans l‚Äô√©co¬≠¬≠no¬≠¬≠mie l√©gale ¬Ľ, explique Michele Riccardi, cher¬≠¬≠cheur chez TransC¬≠¬≠rime ayant parti¬≠¬≠cip√© √† l‚Äô√©tude. Ces m√®res, sŇďurs ou filles n‚Äôoc¬≠¬≠cupent plus unique¬≠¬≠ment des r√īles passifs, comme en t√©moignent les pages d‚Äôenqu√™tes men√©es par les procureur¬∑e¬∑s anti¬≠¬≠ma¬≠¬≠fia : leurs noms y sont couch√©s √† l‚Äôenvi, tant issus de la Cosa Nostra que de la Camorra ou de la ‚ÄėNdran¬≠¬≠gheta.

¬ę Les r√©sul¬≠¬≠tats de cette √©tude ne sont pas surpre¬≠¬≠nants, car les femmes sont souvent per√ßues comme insoup√ßon¬≠¬≠nables et il est donc plus simple de leur c√©der des propri√©¬≠¬≠t√©s sans atti¬≠¬≠rer l‚Äôat¬≠¬≠ten¬≠¬≠tion ¬Ľ, explique Felia Allum, conf√©¬≠¬≠ren¬≠¬≠ci√®re en science poli¬≠¬≠tiques et Italien √† l‚Äôuni¬≠¬≠ver¬≠¬≠sit√© de Bath. Les mafieux pr√©f√®rent ainsi donner des responsa¬≠¬≠bi¬≠¬≠li¬≠¬≠t√©s ou des acti¬≠¬≠vi¬≠¬≠t√©s finan¬≠¬≠ci√®res √† des membres de leur entou¬≠¬≠rage pour que l‚Äôargent reste dans la famille, sans que les v√©ritables b√©n√©¬≠¬≠fi¬≠¬≠ciaires appa¬≠¬≠raissent.

L‚Äôhis¬≠¬≠toire de Maria Campa¬≠¬≠gna illustre ce ph√©no¬≠¬≠m√®ne. Cette quadra¬≠¬≠g√©¬≠¬≠naire qui crou¬≠¬≠pit d√©sor¬≠¬≠mais derri√®re les murs de la prison de Santa Maria Capua Vetere, en Campa¬≠¬≠nie, faisait pleu¬≠¬≠voir sur l‚ÄôEu¬≠¬≠rope des centaines de kilos de coca√Įne il y a deux ans. Apr√®s son arres¬≠¬≠ta¬≠¬≠tion au cours de l‚Äôop√©¬≠¬≠ra¬≠¬≠tion ¬ę Pene¬≠¬≠lope ¬Ľ, la justice a d√©mon¬≠¬≠tr√© qu‚Äôelle s‚Äô√©tait char¬≠¬≠g√©e de la commu¬≠¬≠ni¬≠¬≠ca¬≠¬≠tion entre son mari, le mafieux Turi Cappello, et le reste du clan alors qu‚Äôil √©tait incar¬≠¬≠c√©r√©. Patron de Catane, Cappello avait en elle une confiance aveugle et comp¬≠¬≠tait sur ses talents pour trai¬≠¬≠ter avec les trafiquants de drogue sud-am√©ricains.

Selon le centre d‚Äôenqu√™te Orga¬≠¬≠ni¬≠¬≠zed Crime and Corrup¬≠¬≠tion Reporting Project (OCCRP), Campa¬≠¬≠gna ne se limi¬≠¬≠tait pas √† cela. C‚Äô√©tait une capo, sp√©cia¬≠¬≠li¬≠¬≠s√©e dans ¬ę l‚Äôor¬≠¬≠ga¬≠¬≠ni¬≠¬≠sa¬≠¬≠tion de la collecte d‚Äôune quantit√© consi¬≠¬≠d√©¬≠¬≠rable de coca√Įne √† travers tous les ports dans lesquels elle √©tait exp√©¬≠¬≠di√©e ¬Ľ. L‚Äôor¬≠¬≠ga¬≠¬≠nisme estime que si le nombre de femmes occu¬≠¬≠pant ce type de posi¬≠¬≠tions reste encore faible dans les clans mafieux, il est en constante augmen¬≠¬≠ta¬≠¬≠tion. ¬ę En 1989, un seul acte d‚Äôac¬≠¬≠cu¬≠¬≠sa¬≠¬≠tion li√© √† la mafia a √©t√© d√©pos√© contre une femme. En 1995, il y en avait 89 ¬Ľ, appuie-t-il. √Ä mesure que le ph√©no¬≠¬≠m√®ne prenait de l‚Äôam¬≠¬≠pleur, la recherche et la justice se sont donc pench√©es sur la place qu‚Äôoc¬≠¬≠cupent ces femmes dans les milieux crimi¬≠¬≠nels en Italie, apr√®s des ann√©es tapies dans l‚Äôombre des hommes.

2. Garantes des valeurs mafieuses

Le r√īle des femmes dans la mafia s‚Äôest struc¬≠¬≠tur√© au milieu du XIXe si√®cle. Il s‚Äôagit alors d‚Äôune soci√©t√© notoi¬≠¬≠re¬≠¬≠ment violente et machiste, o√Ļ elles occupent une place toute¬≠¬≠fois essen¬≠¬≠tielle pour le clan : la passa¬≠¬≠tion de t√©moin. ¬ę Les p√®res √©tant souvent en cavale ou en prison, ce sont les m√®res qui trans¬≠¬≠mettent les ‚Äúvaleurs‚ÄĚ mafieuses aux enfants ¬Ľ, explique la r√©ali¬≠¬≠sa¬≠¬≠trice Anne V√©ron, dont le documentaire Des femmes dans la Mafia fait le portrait de trois femmes de la Cosa Nostra. ¬ę Pendant tr√®s long¬≠¬≠temps, elles ont √©t√© la vitrine respec¬≠¬≠table des familles mafieuses ¬Ľ, compl√®te Dino. Pr√©sentes aux messes ou dans toute mani¬≠¬≠fes¬≠¬≠ta¬≠¬≠tion publique, elles doivent montrer √† la soci√©t√© qu‚Äôelles sont parfaites en tout point.

Selon les orga¬≠¬≠ni¬≠¬≠sa¬≠¬≠tions, leur fonc¬≠¬≠tion peut varier. √Ä en croire Felia Allum, dont la th√®se portait en parti¬≠¬≠cu¬≠¬≠lier sur la mafia napo¬≠¬≠li¬≠¬≠taine, la Camorra (elle a √©gale¬≠¬≠ment √©crit deux livres sur la Camorra Napolitaine), les groupes ont des fonc¬≠¬≠tion¬≠¬≠ne¬≠¬≠ments diff√©¬≠¬≠rents et ¬ę le terri¬≠¬≠toire a √©gale¬≠¬≠ment un impact sur le r√īle des femmes ¬Ľ. Cette dispa¬≠¬≠rit√© ¬ę rend diffi¬≠¬≠cile toute g√©n√©¬≠¬≠ra¬≠¬≠li¬≠¬≠sa¬≠¬≠tion ¬Ľ, aver¬≠¬≠tit la cher¬≠¬≠cheuse. √Ä Naples, les femmes sont plus √©man¬≠¬≠ci¬≠¬≠p√©es, car l√†-bas ¬ę ne s√©vit que la mafia urbaine ¬Ľ. Dans la mafia cala¬≠¬≠braise, plus rurale, elles n‚Äôont en revanche que peu d‚Äôes¬≠¬≠pace, car les liens du sang pr√©valent. En Sicile, elles ne peuvent pas appar¬≠¬≠te¬≠¬≠nir offi¬≠¬≠ciel¬≠¬≠le¬≠¬≠ment √† une orga¬≠¬≠ni¬≠¬≠sa¬≠¬≠tion, ¬ę mais toute femme faisant partie de la vie d‚Äôun homme mafieux, partage √©gale¬≠¬≠ment son travail ¬Ľ.

Leur r√īle n‚Äôest donc pas √† mino¬≠¬≠rer. ¬ę Sans elles, les mafias n‚Äôexis¬≠¬≠te¬≠¬≠raient pas ¬Ľ, rappelle Felia Allun. ¬ę Elles sont aussi coupables que les hommes en trans¬≠¬≠met¬≠¬≠tant les valeurs mafieuses aux nouvelles g√©n√©¬≠¬≠ra¬≠¬≠tions. ¬Ľ Comme chez les hommes, les repen¬≠¬≠ties sont rares. Celles qui font le choix de coop√©¬≠¬≠rer avec les auto¬≠¬≠ri¬≠¬≠t√©s pour se prot√©¬≠¬≠ger ou mettre leur prog√©¬≠¬≠ni¬≠¬≠ture √† l‚Äôabri s‚Äôex¬≠¬≠posent √† mille ch√Ęti¬≠¬≠ments. Le suicide en 1992 de la jeune Rita Atria, une semaine apr√®s la mort de son protec¬≠¬≠teur, le juge Paolo Borsel¬≠¬≠lino, reste un √©v√©ne¬≠¬≠ment tragique et doulou¬≠¬≠reux de la lutte anti¬≠¬≠ma¬≠¬≠fia.

Jusqu‚Äôau d√©but des ann√©es 1990, les mafieuses sont rest√©es tr√®s discr√®tes devant les tribu¬≠¬≠naux. Ce trai¬≠¬≠te¬≠¬≠ment de faveur a sans aucun doute parti¬≠¬≠cip√© √† leur anony¬≠¬≠mat. ¬ę Prenez la posses¬≠¬≠sion ill√©¬≠¬≠gale d‚Äôarmes √† feu, par exemple ¬Ľ, pour¬≠¬≠suit Ales¬≠¬≠san¬≠¬≠dra Dino. ¬ę En lisant les dossiers judi¬≠¬≠ciaires, nous pouvons voir que cela a souvent √©t√© d√©fini comme de ‚Äúl‚Äôaide et de la compli¬≠¬≠cit√©‚ÄĚ dans le cas d‚Äôune mafieuse ¬Ľ, alors que pour un homme, la justice parlait d‚Äô ¬ę asso¬≠¬≠cia¬≠¬≠tion mafieuse ¬Ľ, un crime autre¬≠¬≠ment grave.

Souvent consi¬≠¬≠d√©¬≠¬≠r√©es comme victimes, de plus en plus de femmes sont toute¬≠¬≠fois condam¬≠¬≠n√©es depuis vingt ans. ¬ę Ce n‚Äôest qu‚Äôen 1999 que le syst√®me judi¬≠¬≠ciaire italien a reconnu qu‚Äôune femme pouvait effec¬≠¬≠ti¬≠¬≠ve¬≠¬≠ment √™tre accu¬≠¬≠s√©e de crimes li√©s √† la mafia, m√™me en l‚Äôab¬≠¬≠sence d‚Äôaf¬≠¬≠fi¬≠¬≠lia¬≠¬≠tion formelle ¬Ľ, explique Dino. Garantes de la vendetta et de l‚Äôomerta, les mafieuses appa¬≠¬≠raissent d√©sor¬≠¬≠mais aux yeux de tou¬∑¬≠¬≠te¬∑s avec une casquette suppl√©¬≠¬≠men¬≠¬≠taire de mana¬≠¬≠geuse. Mais elles n‚Äôont pas tout √† fait pris le pouvoir.

3. Pseudo-éman­­ci­­pa­­tion

Malgr√© tout, la mafia demeure ¬ę une soci√©t√© √©minem¬≠¬≠ment machiste ¬Ľ, s‚Äôex¬≠¬≠clame Felia Allum. ¬ę Les femmes ont toujours √©t√© l√†, mais on ne les voyait pas‚ÄĮ! ¬Ľ Leur √©mer¬≠¬≠gence au premier plan pour¬≠¬≠rait donc proc√©¬≠¬≠der d‚Äôune plus grande atten¬≠¬≠tion port√©e sur elles. ¬ę Depuis 25 ans, il y a de plus en plus de femmes juges anti¬≠¬≠ma¬≠¬≠fia, comme il y a de plus en plus de cher¬≠¬≠cheuses qui observent ce ph√©no¬≠¬≠m√®ne ¬Ľ, pour¬≠¬≠suit Allum.

En outre, les femmes ne prennent souvent le pouvoir que par int√©¬≠¬≠rim, le temps d‚Äôune incar¬≠¬≠c√©¬≠¬≠ra¬≠¬≠tion. Une fois de retour, les hommes reprennent leur place. ¬ę Il arrive bien parfois que des femmes obtiennent plus de pouvoir au sein d‚Äôune orga¬≠¬≠ni¬≠¬≠sa¬≠¬≠tion, mais unique¬≠¬≠ment quand les hommes en ont besoin ¬Ľ, confirme Felia Allum, quali¬≠¬≠fiant plut√īt ce ph√©no¬≠¬≠m√®ne de pouvoir de d√©l√©¬≠¬≠ga¬≠¬≠tion. Les mafias restent des orga¬≠¬≠ni¬≠¬≠sa¬≠¬≠tions orien¬≠¬≠t√©es vers les hommes et les excep¬≠¬≠tions √† cette r√®gle sont rares, m√™me s‚Äôil existe quelques cas int√©¬≠¬≠res¬≠¬≠sants. Bien que plus proac¬≠¬≠tives qu‚Äôau¬≠¬≠pa¬≠¬≠ra¬≠¬≠vant, ¬ę les femmes sont comme une arm√©e de r√©serve ¬Ľ, d√©crit-elle. ¬ę Elles ont int√©¬≠¬≠gr√© toutes les astuces du m√©tier et peuvent monter au combat quand on fait appel √† elles. ¬Ľ

Le cas de Giusy Vitale illustre parfai¬≠¬≠te¬≠¬≠ment cette √©man¬≠¬≠ci¬≠¬≠pa¬≠¬≠tion de fa√ßade chez les ¬ę femmes d‚Äôhon¬≠¬≠neur ¬Ľ. Surnom¬≠¬≠m√©e ¬ę Lady Mafia ¬Ľ, cette Sici¬≠¬≠lienne √©tait dans la Cosa Nostra. Quand son mari et ses fr√®res se sont retrou¬≠¬≠v√©s derri√®re les barreaux dans les ann√©es 1990, la jeune femme a pris les r√™nes √† Parti¬≠¬≠nico, non loin de Palerme. Arr√™¬≠¬≠t√©e en juin 1998 puis en 2003, elle a dirig√© la famille d‚Äôune main de fer pendant quelques ann√©es, sans toute¬≠¬≠fois √™tre auto¬≠¬≠ri¬≠¬≠s√©e √† parti¬≠¬≠ci¬≠¬≠per aux r√©unions. Apr√®s avoir colla¬≠¬≠bor√© avec la police en 2005, elle vit aujourd‚Äô¬≠¬≠hui sous un pseu¬≠¬≠do¬≠¬≠nyme, dans un lieu tenu secret.

Un renver¬≠¬≠se¬≠¬≠ment des forces est-il alors possible‚ÄĮ? En 2012, Allum a fait une rencontre hors du commun. Une t√©moin de la justice ‚Äď dont elle tait l‚Äôiden¬≠¬≠tit√© ‚Äď lui a confi√© sa vision de l‚Äôave¬≠¬≠nir. Pour elle, vien¬≠¬≠dra un jour le temps o√Ļ les femmes seront plus puis¬≠¬≠santes. ¬ę Elle √©tait persua¬≠¬≠d√©e que les hommes avaient tendance √† √™tre plus violents, mais que les femmes √©taient plus intel¬≠¬≠li¬≠¬≠gentes et compre¬≠¬≠naient mieux l‚Äô√©co¬≠¬≠no¬≠¬≠mie ¬Ľ, explique la profes¬≠¬≠seure.

Si les femmes auront toujours un r√īle-cl√© au sein des mafias, la cher¬≠¬≠cheuse semble toute¬≠¬≠fois dubi¬≠¬≠ta¬≠¬≠tive devant la pers¬≠¬≠pec¬≠¬≠tive d‚Äôun tel bascu¬≠¬≠le¬≠¬≠ment. ¬ę Mais avec de plus en plus d‚Äôhommes envoy√©s en prison, peut-√™tre que ces femmes trou¬≠¬≠ve¬≠¬≠ront l‚Äôoc¬≠¬≠ca¬≠¬≠sion de garder le pouvoir pour plus de temps et donc d‚Äôavoir un impact ¬Ľ, ajoute-t-elle.

Quoi qu’il en soit, l’étude récem­­ment publiée par TransC­­rime a le mérite de poin­­ter l’in­­vi­­si­­bi­­li­­sa­­tion dont ont long­­temps fait l’objet les femmes de la mafia. Il était temps d’y mettre fin.

‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥

http://www.lefigaro.fr/international/2009/09/03/01003-20090903ARTFIG00171-les-femmes-s-imposent-a-la-tete-de-la-mafia-.php

*Les femmes s'imposent à la tête de la mafia*

Par Richard Heuzé Publié le 03/09/2009 à 22:19

Durant l'√©t√©, la police a arr√™t√© six ¬ęmarraines¬Ľ de la Pieuvre, qui se f√©minise de plus en plus.

¬ę Femme d'honneur ¬Ľ : l'expression ferait presque sourire si elle ne recouvrait pas une r√©alit√© criminelle bien enracin√©e dans la soci√©t√© italienne. Ces ¬ęfemmes d'honneur¬Ľ, ce sont les √©pouses, m√®res ou sŇďurs de la mafia et de ses deux sanglants appendices, la Ndrangheta calabraise et la Camorra napolitaine. Des femmes qui ne se contentent plus de tenir leurs foyers, mais jouent un r√īle actif dans l'organisation, allant parfois jusqu'√† commander des clans.

Dans l'op√©ration ¬ęArtemisia¬Ľ de cet √©t√© contre un clan calabrais de la Ndrangheta, six femmes figuraient parmi les 34 mafieux arr√™t√©s.

√Ä leur t√™te, Concetta Romeo organisait les op√©rations de repr√©sailles contre un gang rival. ¬ęJe crois que la gestion du pouvoir n'est pas question de sexe, mais de charisme et de volont√©. C'est le cas de Giusy Vitale, une femme parfaitement en mesure d'affronter ce r√īle, courageuse et port√©e au commandement¬Ľ, √©crit Camilla Costanzo dans Ero cosa loro (¬ęJ'√©tais leur chose¬Ľ), un livre qui vient de para√ģtre sur celle que l'on surnomme ¬ęla premi√®re marraine de l'histoire¬Ľ.

Giusy Vitale a 33 ans lors de son arrestation. On la voit mena√ßant d'un geste agressif les deux policiers qui tentent de lui passer les menottes. Depuis quatre ans, elle commandait le clan des Vitale √† Partenico, une ville de Sicile. Sa ¬ęfamille¬Ľ l'avait d√©sign√©e quand son mari et ses fr√®res se sont retrouv√©s derri√®re les barreaux. Son r√īle est embl√©matique de l'affirmation du pouvoir f√©minin dans des organisations d√©cim√©es par les coups de filet des forces de l'ordre.

Isolement carcéral absolu

Giusy changera d'attitude pendant sa d√©tention. Le jour o√Ļ son jeune fils, venu lui rendre visite, lui demandera ce que veut dire ¬ęassociation mafieuse¬Ľ. Cela d√©clenchera en elle une crise de conscience qui la portera √† devenir une ¬ęrepentie¬Ľ, accusant son mari et ses fr√®res avec la m√™me fureur qu'elle avait mise √† d√©fendre leurs int√©r√™ts quand elle √©tait libre.

Ces femmes sont une centaine aux mains de la justice, contre plus de 6 000 hommes emprisonnés. Leur doyenne s'appelle Emanuela Gelardi : elle a 84 ans, ce qui lui a valu d'être remise en liberté surveillée. Quatre d'entre elles, deux Calabraises et deux Napolitaines, sont assujetties à l'article 41 bis du règlement pénitentiaire, qui prévoit l'isolement carcéral le plus absolu, sans visite, ni contact, ni radio ou télévision, ni journaux.

Leur pedigree est d√©j√† un acte d'accusation : Mariangela Di Trapani (40 ans) est fille et sŇďur de boss mafieux, apparent√©e au clan sicilien Madonia, l'un des plus cruels. Erminia Giuliano, dite ¬ęCeleste¬Ľ (53 ans), est la sŇďur de Luigi, boss historique de la Forcella, l'un des bas-fonds les plus redoutables de Naples. Apr√®s l'arrestation de son mari, elle a pris la rel√®ve, g√©rant le trafic de drogue et les extorsions avec une poigne de fer. En prison, elle reste puissante et redout√©e : les autres d√©tenues lui pr√™tent all√©geance sans broncher.

Autre exemple de boss en jupons : Maria Licciardi, sŇďur d'un chef de clan de Secondigliano, autre quartier mal fam√© de Naples. ¬ęC'est un vrai boss. Elle √©tait associ√©e aux d√©cisions, et ce n'√©tait pas la derni√®re √† parler¬Ľ, commentent les magistrats qui l'ont arr√™t√©e. Depuis le d√©but de sa cavale, en 1999, pour association de malfaiteurs, extorsions, trafic de drogue et divers r√®glements de comptes entre bandes - qui ont fait trois victimes innocentes, deux grands-m√®res et une adolescente de 16 ans -, Maria dite ¬ęPiccirella¬Ľ (la petite) figurait sur la liste des trente criminels les plus recherch√©s d'Italie.

Aucune, toutefois, n'atteint la notoriété de la camorriste Pupetta Maresca : à 16 ans, enceinte de huit mois, elle a abattu à bout portant de quinze coups de feu l'homme attablé à un bar de Naples qui avait envoyé son compagnon en prison. Tout naturellement, elle succédera à ce dernier à la tête du clan, se rendant responsable de nombreux assassinats.

‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥

Titre original Mafiosa, le clan
Genre Série dramatique
Création Hugues Pagan
Production Nicole Collet
Acteurs principaux Hélène Fillières, Thierry Neuvic, Phareelle Onoyan, Jean-Marc Michelangeli
Pays d'origine France
Cha√ģne d'origine Canal+
Nb. de saisons 5
Nb. d'épisodes 40
Durée 52 minutes
Diff. originale 12 d√©cembre 2006 ‚Äď 15 mars 2014
Site web www.canalplus.fr/mafiosa

Mafiosa est une série télévisée française créée par Hugues Pagan et diffusée du 12 décembre 2006 au 15 mars 2014 sur Canal+. Elle met en scène le milieu mafieux corse en s'inspirant de faits réels. Selon plusieurs médias, le personnage de Sandra s'inspire de la vie d'une veuve corse Sandra Casanova-Germani dont le frère Jean-Luc Germani est l'homme le plus recherché de France. La série a été nommée aux Globes de Cristal en 2015 dans la catégorie Meilleur Téléfilm-Série Télévisée.

‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥‚Ź≥

Titre original Gomorra - La serie
Genre Drame , Thriller , Série policière
Création Roberto Saviano
Production Cattleya ,Sky Italia
Acteurs principaux Fortunato Cerlino , Marco D'Amore , Marco Palvetti , Salvatore Esposito
Musique Mokadelic
Pays d'origine Italie
Cha√ģne d'origine Sky Atlantic , Rai 3 (en clair)
Nb. de saisons 4
Nb. d'épisodes 48
Durée 52 minutes
Diff. originale 6 mai 2014 ‚Äď en production
Site web skyatlantic.sky.it - gomorra

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gomorra_(s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e)

Gomorra (titre original : Gomorra - La serie) est une série télévisée italienne se déroulant à Naples, créée par Roberto Saviano en 2014. Il s'agit de l'adaptation du livre homonyme de Roberto Saviano sur la mafia napolitaine, la Camorra.

Elle est diffusée sur Sky Atlantic depuis le 6 mai 2014 ainsi qu'en clair sur Rai 3 à partir du 10 janvier 2015.

En France et en Suisse, la série est diffusée sur Canal+ depuis le 19 janvier 2015 ainsi que sur Arte depuis le 8 octobre 2015. La série aura un film dérivé au cinéma.