Comme un ouragan, tu as tout emporté avec toi. Tourmenté et désemparé, le sommeil se refuse à moi. Ce n'est qu'après m'être imaginé de longues heures dans tes bras, qu'enfin je me laisse porter par la fatigue. Pourtant un monde nous sépare. La réalité est telle que je ne te connais pas. Nous ne sommes ni connaissances, ni amis, ni amants. Je me sens si ridicule, naïve et impuissante. Tu m'intimides tellement. En ta présence, mes gestes et mes mots n'ont plus de sens. Je suis incapable de te regarder dans les yeux. Pourtant, quelque chose m'attire vers toi.
Je me mens à moi-même en m'efforçant d'être plus qu'une jeune femme, perdu et sans aucune expérience. Complexé par mes maigres atouts et mes nombreuses imperfections. Je rêve de pouvoir te regarder de près, te toucher et voir dans tes yeux autres choses que de l'indifférence. J'en deviens triste même s'il n'y a rien et il n'y aura jamais rien entre nous. Je demeure déchiré entre l'envie d'avancer ou de t'apercevoir encore une fois. Cependant après quelques jours, j'oublie les traits de ton visage. Serait-ce la fin de ce cauchemar ? Malheureusement le sentiment que j'ai construit de toutes pièces perdure et me hante.

Et si quelque chose venait à naitre entre nous? La réalité prendra le relais. Pourquoi t'intéresserait tu à moi ? Pour jouer puis t'en aller pour plus belle que moi. Comment pourrait tu m'appartenir ? Moi qui n'ai rien a t'offrir. Alors je souffrirai davantage, je ressentirai qu'enfin je me suis trompé. Cet amour parfait et éternel dont je rêve, n'existe pas. Je récolterai peur, colère, jalousie et tristesse. Pas à pas cela me détruira. La réalité est telle que, j'ai été attirer par tout ce que tu peux représenter, un fruit défendu.