« A un moment, j'ai cru apercevoir de l'espoir, une douce lueur dorée perdu dans les catacombes de mes peurs, mes angoisses et ma solitude. Je l'ai appelé, supplié pour qu'elle reste avec moi, pour pouvoir me donner la chaleur de sa lumière, la force de son courage et la beauté de son âme. Mais elle décide de m'abandonner, comme tout les autres. Le problème c'est qu'elle n'est pas comme tout le monde, et je l'ai su dés que nos regards se sont percutés la première fois qu'on s'est vu. C’était d'une force invisible. C’était doux et amère, joyeux et terrifiant, obsédant et captivant. Nos iris n'ont formé qu'un que pendant deux ou trois petites secondes seulement, mais elles étaient presque irréelles tellement c’était puissant. Je n'entends plus la foule autour de nous, c’était que elle, moi et mon cœur qui voulaient faire la malle.
Et c'est à ce moment là que je suis tombé amoureux d'elle. A vrai dire, je l'ai toujours été je crois, sans jamais la voir ni la connaitre pourtant. Je l'ai toujours attendu malgré moi sans le savoir. Et crois moi mon pote, la voir, non la regarder, pour la première fois fut ma renaissance. C’était comme ci que je ne vivais que pour cette instant là. Et c’était fatale. Pourquoi ? Parce que, à cette instant là, à cette seconde-ci, rien n’était plus pareil. Je n’étais plus moi, je n’étais qu'elle. »