On essaye de poser des mots sur des faits, on essaye de catégoriser une tranche d'âge en entier comme si toutes les miettes assemblées reformerait le pain pré-découpé.

On te sort des discours qui enjolivent la situation, d'autres qui l’aggravent mais aucun qui ne frôle la vérité. La vérité c'est quelle n'existe pas parce que personne n'a jamais souhaité l'entendre, que tous la cherchaient mal alors elle s'est barrée la vérité.

Elle s'est vue clonée, dénaturée, bafouée et elle a foutu le camp en laissant dans son sillage, des malheureux qui s'en sont créés d'autres, des pâles copies qui donnent l'illusion de la vraie mais qui ne brilleront pas aussi fort que l'originale.

Donc, juste, laissez-moi être jeune à mon tour sans chercher à tout comprendre, laissez-moi poursuivre des rêves impossibles, me frotter aux désillusions et me casser la gueule, et me bourrer la gueule pour noyer mes idées noires et vomir le surplus du toxique qui bouchent mes cavités gastriques puis un peu de ce dégoût de moi-même qui parasite mon âme.

Laissez-moi manger. Manger du sucré-salé, du gras, du cramé, du bio assaisonné à des trucs dangereux pour la santé, des hamburgers à tout recracher et laissez-moi fumer pour partir en fumée et pour me consumer pour avoir consommé.

Laissez-moi tomber amoureuse pour me faire briser. Et laissez-moi aimer, aimer, aimer une âme. Indépendamment d'un genre, indépendamment d'un style. Laissez-moi bousiller mes chaussures en frottant mes semelles sur le bitume, laissez-moi froisser mes vêtements en les jetant au sol. Et laissez-moi goûter des lèvres pour goûter à du doux. Et laissez-moi maquiller les miennes pour marquer des cous.

Laissez-moi dépenser mon argent pour des futilités, étouffer mes talents pour me rebeller et manifester juste pour justifier mes cris. Laissez-moi courir pour tenter de m'enfuir. Laissez-moi tomber, me relever, m'écorcher, m'affaler. Et m'aidez pas à panser mes blessures, on s'y fait à l'usure.

Et laissez-moi me perdre pour mieux me retrouver, sortir des paradoxes pour refléter mes pensées et surgir de l'ombre pour paraître éclairée.

Nin'
17/02/18