Cher anxiété généralisée,

Je te déteste du fond de mon cœur. Tu rends chaque jour de ma vie un cauchemars et je ne sais jamais à quoi m'attendre. Tu me fais sentir comme une moins que rien, une folle, une malade.

Tu m'as fais croire toutes sortes de choses, tu es une manipulatrice hors pair. Tu m'as fais croire que je perdais la tête, tu m'as fais croire que je vivrais une vie misérable, tu m'as fais croire que je n'arriverai jamais à atteindre mes rêves.

Tu affectes mes relations. Tu m'éloignes de ceux que j'aime, tu m'isoles, me laisse avec un sentiment profond de solitude.

Ta meilleure amie, la dépression, n'est pas mieux. Elle me vole mes sentiments et ma motivation. Elle vient ravager ce qu'il reste après ton passage.

Tu m'as presque achevée lorsque tu m'as dérobée la seule chose qui me gardait en confiance: le contact avec la réalité. Tu as tellement modifier ma façon de voir les choses que j'ai même remis en question mon existence, mon but, ma raison d'être.

Je te le redis et ne cesserai de te le rappeler: je te déteste. Même ce mot ne semble pas assez fort. Tu as fait en sorte que je me retourne contre moi même et, ça, je ne te le pardonnerai jamais.