Lui parler. Une sensation étrange qui résulte d'une joie extrême, d'une peur impassable de l'échec et d'un doute monstrueux. C'est aussi une sorte de renaissance de souvenirs déchus. Je souris sereinement, de façon si naturelle.
Toute les questions que j'ai toujours voulu lui posé s'effacent et je deviens timide comme au premier jour. Pourtant il est mon premier amour. Il m'arrive même de rougir à certaines de ses phrases. Je retrouve moi ancien moi quelques instants, et tout ce que je j'avais pu faire pour lui et par amour me semble de nouveau légitime. Lui il sait ce qu'il dit, il est sur, serein et sait pertinemment l'impact que chacun de ses mots aura sur moi. Sur le moment je sais qu'il me manipule car c'est ce qu'il a toujours fais mais je ne peux m'empêcher d'espérer que cette fois, comme à chaque fois, ce n'est pas la cas.
Mais cette foi c'est différent. Cet amour fougueux n'est plus et laisse place à une mélancolie douce et incolore.
Sans cesse je me dis que la conversation est désormais terminée, à chaque mot, chaque phrase mais ce n'est pas encore le cas. Alors j'attend, encore et encore. Dans un sens je n'espère plus rien ...