-Petite mise en scène-
Vous avez réussi à rentrer ans une filière qui vous plaît, vous êtes tout joyeux et soudain la tonne de devoirs vient vous assommer. Et pire si vous êtes ans mon cas : en cas d'échecs aux examens, vous devez rembourser votre bourse (qui vous permet d'étudier!), ce qui vous endettera à long terme et vous stress voire vous angoisse. Peut-être même que l'envie d'étudier s'est est allée elle aussi, sur le coup. Mais que faire pour ne pas être endetté? Je vais essayer de vous donner quelques conseils pour surmonter ce moment !

AVANT TOUTES CHOSES, mon premier conseil sera de ne jamais abandonner ou perdre totalement espoir. Oui, c'est niait de dire ça, mais c'est pourtant le plus important. Mais pourquoi je vous dis ça ? Tout simplement car beaucoup abandonnent dès la première difficulté, ce qui est une erreur en soit.
On vous donne un devoir digne d'un étudiant en doctorat alors que vous venez à peine de rentrée à l’université ? Ne paniquez pas! Contentez-vous de faire de votre mieux, et vous n'y perdrez rien. Si vous ne finissez pas dans les temps, vous aurez au moins appris des choses et surtout vous vous serez mesurer à l'attente qu'on les professeurs à la fin de l'année, et non pas tout de suite. Vous avez le temps devant vous, il ne faut pas fuir mais savoir se l'approprier. De plus, vous aurez fait de votre mieux et personne ne pourra vous blâmer pour cela.

Sans bonne transition, le conseil suivant est d'être bien organisé. Je dois vous avouer que lorsque j'étais au collège, les professeurs nous mettaient déjà la pression avec ce conseil que je ne comprenais pas vraiment. Être "organisé" ne veut pas dire avoir un chignon, ses affaires classées par ordre alphabétique et être sévère avec soit-même. Loin de là. S'organiser est avant tout quelque chose de personnel. Par exemple vous avez un anniversaire important à fêter mais un devoir important à finir dans les même temps ? Prévoyez quelques temps pour vous y consacrer (au devoir, hein) et tenez-y vous. C'est le plus dur, et ce plus dur vient de vous.
Dans mon cas, au lycée, je me levais le matin à six heure pour prendre le bus et commencer les cours à huit heure. Si j'avais des lectures à faire, je les faisais dans le bus plutôt que chez moi. Ou bien pendant deux heures de permanences, comme je ne pouvais pas rentrer chez moi.
La lecture! Parlons-en. C'est difficile de se forcer à lire. Et même, ça nous dégoûte de la Lecture. Mais il faut quand même lire pour s'assurer une bonne note si jamais le questionnaire de lecture est plus intelligent que "résumé de tel livre chapitre par chapitre" sur Google. Se forcer à lire, c'est mal. Si lors de votre lecture un passage vous ennuis, lisez en diagonal. A quoi bon s'infliger une douleur si vous en retenez rien ? Si comme dans mon cas, les descriptions de cinq pages de la ville de Paris par Zola vous énerve et vous semble futile, tournez les pages et lisez là ou reprend l'action. On vous expliquera en classe que certes c'est une caractéristique de Zola, mais on ne vous embêtera pas plus avec ça. Et donc à quoi vous aurais servi de lire cinq pages où Paris ressemble à un personnage plus que barbant ?

"Après le confort, le réconfort", tel j'entendais depuis ma plus tendre enfance. alors en effet, pour ma part il est mauvais de travailler sans pouvoir décompresser. Et c'est là la clé de la motivation. Parfois même, on peut lier l'utile à l'agréable. De cette manière vous pouvez par exemple chercher des vidéos sur Youtube qui expliquent mieux votre cours pendant que vous révisez, ou bien si vous préférez le silence plutôt s'offrir une pause café/thé/autre avec du sucre (mais faite attention à l'addictologie !). Préférez plutôt les fruits secs qu'aux gâteaux par exemple. Et bien sûr, si vous aimez la musique, travailler avec vos titres préférés. Souvent, un travail fait avec ce système a un meilleur rendu (et donc de meilleures notes et compréhension).
Faites attention à ne pas vous laisser distraire trop longtemps! Dans mon cas je cache les crayons de papiers pour éviter de me mettre à dessiner, car j'ai la fâcheuse tendance de m'y laisser à corps perdu. A vous donc de trouver vos faiblesses, les éloigner, et vous concentrer (même si ce n'est que pour cinq minutes) sur ce qui doit être fait.