Je me souviens de tout. De la première fois où mes yeux se sont posés sur elle, jusqu'au moment où l'on s'est dit "Adieu.".
Se l'est-on vraiment dit ? Je ne crois pas. Mais nos yeux ont parlé à notre place, encore une fois.

Dans cette histoire, j'ai découvert que plus les sentiments sont forts, plus c'est déchirant. Ce n'était pas de l'amour, mais de la passion.

Tout avait commencé comme dans les films. Coup de foudre dès le premier regard. Elle ne me connaissait pas, mais je me promettais déjà de la conquérir. J'ai pris le temps de la découvrir, sont venues les premières soirée à papoter, puis les nuits blanches à parler encore et encore.
2 mois plus tard, arrivait le premier baiser.
Tout semblait tellement parfait.

Pourtant, le désir de s'appartenir nous a emmené à nous déchirer. On s'aimait, mais on ne savait plus le dire. Parce que le sentiment était si fort qu'il nous faisait mal, et qu'on faisait du mal à l'autre pour lui rendre la pareille.
J'ai lu dans un livre que "Selon Winnicott, l'enfant cherche à détruire ce qu'il aime, pour vérifier qu'il peut y survivre, et prouve ainsi sa réalité. En résistant à sa destruction, l'autre prouve qu'il existe."

C'était donc ça ? Nous étions donc 2 enfants qui voulaient vérifier leurs existences ?

Finalement, on a tous déjà rêvé de vivre la "Passion". En l'ayant vécue, j'ai découvert son étymologie : Passion, du Latin Passio : Souffrance.

Pourquoi voulons nous tant la vivre ?